• Culture Etc

[Plonger dans l'âme de...] Arthedone. Tome 2: "La Part du Roi"

Quasiment 3 ans plus tôt, jour pour jour, était mis en ligne [Plonger dans l'âme de...] Arthedone. C'était le 5ème long entretien de Culture Etc et il était absolument passionnant. Alexandre nous racontait son parcours de Toulouse à Paris, son métier de prof de sciences en banlieue parisienne, le rapport de ses élèves à la musique et ce qu'il espérait construire. Depuis, il a fait les Rencontres d'Astaffort, joué plus de 100 concerts et il vient de boucler un crowdfunding pour son premier EP... Le projet sort le 12 Juin 2020 (donc demain!) et il s'appelle: "La Part du Roi". On ne pouvait pas si bien dire! Bravo mon Ami et longue route à toi


Arthedone. Photo: Michel Dahyot (C)

Bonjour Alexandre. Le 7 juin, tu as pu sabrer le champagne...


Bonjour Philippe ! Absolument. On a réussi à dépasser les 100% pour le crowdfunding lancé 30 jours avant. C'est une campagne éclair parce qu'avec le Coronavirus, c'était compliqué de pouvoir appliquer la moindre stratégie prévue il y a 3-4 mois, tu penses bien. Ca a été intense, mais l'essentiel c'est d'avoir gagné !


De toutes façons, tu ne fais que des projets intenses, je crois, non ?


Oui, oui, j'y vais à fond dans tout ce que je fais. De toutes façons, vue la difficulté de faire sa place dans ce milieu ! A chaque fois tu es obligé d'avoir le meilleur son possible, les meilleures vidéos, les meilleures photos, les meilleurs contacts... Il faut tout tenter.


Donc le CrowdFunding va te permettre de faire quoi ?


Déjà, de manière très terre à terre, ça va me permettre de constituer un super stand de merchandising. Ca peut paraître bête, mais je sais déjà que j'ai des tee shirts vendus, des gourdes, des goodies, des Cds... Tout ça contribue à faire le stand et après, ça va me permettre aussi de réaliser de nouvelles vidéos. Et puis j'espère faire une release party dans une vraie salle de spectacle avant la fin de l'année, arriver à faire des dates avec captation live en plusieurs caméras, multipiste etc., avoir un coaching pour préparer tout ça... Le Crowdfunding le permet.


Bravo ! "La Part du Roi" sort très bientôt ?


Oui, le 12 juin. Il sera sur toutes les plateformes de streaming et il sera même normalement physiquement dans les FNACs et les Culturas, parce que pour la 1ère fois, j'ai un distributeur, Inouï distribution.



La dernière fois qu'on s'était parlé, c'était pile il y a 3 ans, puisque c'était en Juin 2017 (et, bis, notre entretien -hyper intéressant- est à retrouver ici). Que s'est-il passé pendant ces trois années ? J'ai déjà une partie de la réponse et je sais que tu n'arrêtes pas, tu es à 300% sur ton projet... Bravo pour tout ça parce que je sais qu'en 3 ans tu as fait beaucoup de choses... Mais, peux-tu nous en parler justement stp ?


Depuis juin 2017, il y a eu beaucoup de concerts, déjà. Ca paraît bête mais le nerf de la guerre pour rencontrer le public, c'est quand même de jouer ! Et après, l'événement le plus marquant, ça a été les Rencontres d'Astaffort en mai 2018. Au moment où je t'ai parlé en juin 2017, j'avais le projet de rentrer en résidence de création de vidéos lives. À ce moment-là, je me cherchais encore artistiquement mais par contre je savais qu'en live j'avais déjà des choses à dire. J'avais suivi le conseil d'un des intervenants de Voix du Sud qui m'avait dit : « écoute, pour faire les Rencontres, tu peux déjà miser sur de super lives, parce qu'en live, les chansons on les voit, on voit l’aspect « auteur-compositeur » et on voit aussi le côté interprète ». Ca colle avec les rencontres et c'est vrai qu'après, le côté production-studio, en live c'est un peu moins important. Il y a aussi le fait que les programmateurs demandaient à ce que les artistes sachent jouer pour de vrai, parce qu'aujourd'hui, ils se retrouvent parfois avec des productions magnifiques, mais dès qu'il faut aller faire un concert, apparemment, il n'y a plus personne. Au moins là c'est sûr, c'est nous qui jouons, tout est vrai quoi. Et ça m'a permis d'être pris aux Rencontres ! J'ai eu la nouvelle à l'hiver 2018 et j'ai pu les faire en mai et pour te dire entre 2018 et 2019, on a joué énormément avec les gars. Depuis que j'ai lancé Arthédone, j'ai dû jouer plus de 100 concerts déjà.


Bravo ! Comment se sont passées les Rencontres d'Astaffort?

C'était hyper intense. Déjà, le niveau globalement était super bon, on avait de vrais « clients » comme on dit, c'est à dire que tu te retrouves avec une gagnante de la Nouvelle Star, mais pas n'importe laquelle, Emji, tu te retrouves avec un petit génie qui s'appelle Roxane Arnal qui, très jeune, sait jouer de plein d'instruments avec un niveau de fou, tu as des québécois très très bons aussi, et puis il y en avait d'autres qui étaient plutôt dans les prods, comme on dit dans le hip-hop. Il y avait vraiment un vrai bon niveau (Ici, je pourrai tous te les citer ! La Déryves, Gurvan Nantel, Michel Ghuzel, Jyzzel, etc.). Pendant 5 jours, tu écris des chansons avec ces personnes... pendant ces 5 jours-là, je sais pas il s'écrit au moins une 30aine de chansons tu vois. Et après tu les joues devant le patron, donc tu as Francis Cabrel, toute l'équipe de Voix du Sud, tu as aussi des gens d'Astaffort qui ne sont pas forcément des professionnels de la musique et un jury sélectionne des chansons qui vont être jouées en première partie du parrain. Et, nous le parrain, c'était Christophe Mahé. Après, tu as Prohom, un artiste qui a chantait « Ca oublie d'aimer » qui nous coachait pour le live. Il coache régulièrement pour les Francofolies. Donc, vraiment, il y avait du vrai bon niveau.


La sélection est sérieuse. Ils choisissent vraiment des gens qui ont du potentiel.


Oui. Pour te dire, ceux avec qui j'ai pu bosser depuis, et avec qui je suis en contact, ils tournent tous énormément. Par exemple la Déryves, un duo, qu'on entend beaucoup sur RTL2, ils étaient aux Rencontres avec moi aussi. Tu as aussi un parolier avec qui je travaille, Gurvan Nantel, qui bosse avec des très grands noms de la pop française. Pour te dire l'EP sur les 5 chansons, il y en a 4 qui sont co-écrites avec lui. On est devenus super potes. Ca a matché tout de suite artistiquement. Lui, il est auteur 100%. Dans les Rencontres d'Astaffort, ils en prennent toujours un et un seul qui est 100% auteur. Gurvan, c'est une machine de guerre en fait. Tu lui dis, voilà, j'ai un couplet, un refrain, est-ce que tu peux écrire là-dessus... C'est parti !


Ca t'a permis de tout ce que tu dis, de te faire ton réseau ?


Alors, c'est un réseau de créateur, pas forcément un réseau buziness parce que...


Mais le seul réseau qui compte c'est celui des créateurs, non? Le "buziness" vient quand il faut qu'il vienne. Le plus important, c'est quand même ceux qui font les choses...


Oui, mais comment dire, ça dépend comment tu y vas. Moi, j'y allais pour rencontrer du monde, d'où le nom des rencontres. Je suis plus facile comme interprète et comme compositeur que comme auteur, écrire des textes me prend plus de temps. Donc, c'est assez logique que spontanément je sois allé vers ce parolier-là. D'entrée de jeu, on s'est plus avec Gurvan. Et pour te dire, depuis, on en a écrit 15 des chansons ! On a un album de prêt déjà... C'est vrai, tu as raison sur un point essentiel, c'est que tu rencontres des créatifs qui vont te permettre d'accéder à autre chose. Je n'aurais jamais rencontré Daguerre sans les Rencontres d'Astaffort par exemple.


Ca recoupe ce que tu disais tout à l'heure : parfois, les programmateurs reçoivent des bandes d'artistes qui disparaissent une fois sur scène... C'est donc bien que ce qui compte, c'est l'énergie de la création qui est à la fois la création elle-même, faire naître un projet, mais est aussi de le porter... Ce sont les gens qui font, qui sont sur scène, qui te donnent de l'énergie, te nourrissent, te permettent de voir plus loin... non ?

Ils contribuent énormément c'est sûr. C'est toujours la preuve par l'exemple. Je vais rester sur Gurvan, comme je dis, c'est mon co-parolier maintenant. Je me revois encore mois de juillet 2018, je l'appelle, je lui dis : je crois que j'ai une chanson qui est bien ! J'ai le refrain qui est cool, un couplet qui tient la route, mais je n'arrive pas à écrire la suite. Je peux t'envoyer ça ? C'est enregistré au téléphone... » On ne peut pas faire plus à l'arrache que le téléphone. Il dit ok vas-y envoie. 10 minutes après il me rappelle, Alex, c'est bon, ça me plaît on fonce. Et deux jours après, la chanson était née. Je commence à la jouer, j'ai toujours Jules à la basse et Muss à la batterie, ils étaient déjà là en 2017, on a un trio comme ça qui fonctionne très bien. Pour te dire, je commence à jouer avec eux et Muss me propose des petits arrangements pas ci, Jules quelques accords par là... il pose une ligne de basse qui est énorme, Muss propose une amélioration sur le refrain géniale... Une fois que le guitare voix fonctionne, eux quand ils arrivent, ils ont un boulevard de création et on fonctionne bien comme ça. Et c'est vrai qu'il faut arriver à avoir des énergies qui se complètent et moi je ne sais pas tout faire, j'ai besoin de gens qui font mieux que moi certaines choses, vraiment. Vendredi dernier, on a fait une réunion chez moi. On pouvait enfin se réunir à trois avec Jules et Muss, à cause du confinement, on n'avait pas pu... Le fait de rejouer ensemble, l'énergie ça nous a donné un boom au moral, je ne sais pas comment décrire ! Juste le fait de jouer ensemble.


C'est bien ! Donc, vous avez joué beaucoup. Après Astaffort, qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce que ça t'a permis concrètement de faire ?


J'ai fait des cafés concerts et des Festivals. Pour la première fois, je pouvais faire ce qu'on appelle des "petits" festivals, mais à mon niveau, je considère tout sérieux... Il n'y a pas de petit festival ! Mais je joue aussi beaucoup dans des cafés concerts, même des concerts dans la rue. Je ne néglige rien parce que faire des concerts dans la rue par exemple dans les rues de Saint-Malo, tu as un public en très grand nombre, donc si tu es bien préparé, que tu as des chansons solides et que tu as bien rodé ton set, tu créés des fans comme ça. On a fait beaucoup de cafés concerts et en festival on a pu faire celui d’Igny (Festi’Vallée). Avec Muss on a ouvert pour Princess Erika, Jules ce jour-là, il ne pouvait pas jouer, il était sur une autre date. Il y a eu de très belles choses qui se sont produites. Et en 2019, à partir de début 2019 aussi on a commencé à enregistrer l'EP. En même temps qu'on jouait, on enregistrait, c'était physique, mais cool vraiment.


Donc là, l'EP va sortir. Qu'as tu construit pour après ? Parce que tu es quelqu'un qui prépare et réfléchit bien les choses. Vers où veux-tu aller maintenant ?


J'ai essayé de préparer un maximum... mais comme tu sais, il s'est produit un petit événement en mars ! Pour te dire, le confinement est arrivé pile au moment où mon clip sortait. J'ai des amis qui m'aident pour la stratégie et je leur ai dit : "qu'est-ce que je fais ? Est-ce que je reporte tout de 6 mois ou de un an ?" Ils m'ont dit: "écoute de toutes façons, il y en qui avaient prévu des trucs en 2021, c'est bon pour eux. Tous ceux de 2020, on va te parler clairement, ils prennent cher... Donc autant que tu sortes tes choses maintenant parce que de toutes façons, ça va être compliqué pendant les 2-3 ans à venir. Donc, vas-y fonce, tu verras bien ce qui se passe. Essaie d'être le plus visible possible en ligne", donc j'ai fait des lives sur facebook, j'ai tenté tout un tas de choses, j'ai fait beaucoup de progrès au niveau de la promo YouTube, facebook tout ça, j'apprends beaucoup encore et puis j'ai tenté tout ce que j'ai pu pour rallier des soutiens en ligne. J'ai dit je tente, j'y vais à fond et puis au moins j'aurai de la visibilité, ça me permettra de choper des dates plus tard.


Tu te construis une base de personnes qui te suivent, t'aiment et te soutiennent...

Mine de rien, j'ai fait une campagne éclair : 30 jours. J'ai regardé les conseils d'Ulule, ils disaient qu'entre 30 et 45 jours, ce sont les campagnes les plus efficaces et comme moi j'avais déjà tout financé, au niveau de la création, c'est une campagne qui ressemblait plus à de la précommande et en fait, il fallait donc être vachement impactant, avoir les supports de prêts et tenter des choses. On a rassemblé quand même 83 donateurs et j'ai eu beaucoup de copains qui me disaient oui t'inquiète re-préviens-moi au dernier moment. Les gens ils ont leur vie en fait... Souvent, tu es obligé de relancer pas mal de fois avec des lives, des mails, des posts FB... et mine de rien 83 donateurs en période post-confinement, je pense que c'est pas mal ce qu'on a fait.


C'est vraiment bien ! L'EP sort et effectivement, tu ne peux pas vraiment tourner en ce moment, c'est clair... du coup, puisque tu as plein d'idées, qu'as tu prévu ?


Ce que je vais tenter, déjà, essayer de choper quand même des dates, parce qu'il y a des endroits qui réouvrent. Je suis en contact avec pas mal de patrons de Caf' Conc' pour lesquels on a joué régulièrement, on va voir ce qu'on peut essayer. J'ai une date calée pour septembre, il y a une mairie pour qui on va jouer début juillet pour des concerts de rue. Normalement, c'est booké sauf si la préfecture dit que c'est non en dernier moment. Ensuite, ce que je vais tenter aussi c'est des concerts chez l'habitant. Parce que les concerts privés, on a le savoir faire avec Jules et Muss, on peut le faire branché, débranché, en folk, en électrique... vraiment on a un savoir faire là dedans. Je pense que jouer chez des gens, ce sont des vrais concerts, tu as un public, tu créées des relations et des liens vachement durables. Justement, j'ai une anecdote à te raconter qui nous est arrivée suite aux concerts de rue à Saint-Malo. Je laisse des cartes de visites, il y a quelqu'un qui en prend une. Un mois plus tard, il me rappelle et il me dit : j'aimerais bien que tu viennes jouer chez moi pour ma compagne et pour moi. Et il rajoute, je voudrais que tu écrives une chanson pour elle... Je lui dis, je n'ai jamais fait ça, j'écris pour des chanteurs ou des chanteuses... mais Ok, je tente. Je lui dis, par contre, il va falloir que je sache des choses sur vous et sur elle précisément, quels sont ses goût musicaux etc. Envoie moi des chansons qu'elle aime. Il m'en envoie plusieurs dont une que j'aime beaucoup. Je me dis, c'est bon, je vois où aller. Donc, j'ai commencé à écrire une chanson pour cette femme que je ne connaissais pas, je le connaissais juste lui au final. Et en fait, ça été un moment très fort. J'avais travaillé, je lui ai envoyé le premier guitare voix il aime la musique et les paroles... Chouette ! Muss et Jules la trouvent chouette aussi, donc ça veut dire qu'elle pourrait être intégrée plus tard dans un EP. C'était un moment super fort. Parce que tu joues cette chanson qui est une création, et les gens étaient super émus devant nous. Après le concert, on a mangé avec eux... On avait prévu de partir à 15h, on est restés jusqu'à 17h, mais bon. C'était vraiment génial. On a donc un savoir-faire et je me dis que ça pourrait être chouette de jouer chez les gens tout simplement.


C'est bien. Il y a plein d'initiatives comme ça qui se développent à droite à gauche pour essayer de palier à la situation et essayer de trouver des solutions qui peuvent être des occasions de rentrer carrément dans l'intimité des gens.


Je te confirme ! J'ai rencontré la famille, les neveux, ils étaient tous adorables, on a eu un repas exceptionnel, le soir personne n'a mangé. Des gens adorables ! On a parlé musique, c'était top et je suis super content.


Parallèlement, tu es toujours prof ou pas ?


Absolument.


Ca se passe bien ? En fait, c'est pareil, effectivement...


J'étais confiné. J'ai fait des cours en ligne, j'en ai encore et après-midi... Et je te confirme, que le fait d'être prof ça m'assure quand même une indépendance, je produis ce que je veux et mine de rien et ça n'est pas si mal.


Et je crois avoir compris aussi qu'il s'est passé un événement très important dans ta vie personnelle depuis ces 3 ans...


Exact, tu ne dis pas de bêtise. J’en ai parlé lors de mes lives sur les réseaux sociaux alors que je n’en parle pas d’habitude. J'avais déjà un fils et j'ai eu une petite fille qui est née au mois de septembre 2018. Pour te dire, tu imagines le truc, pour les Rencontres d'Astaffort, je savais que ma compagne était enceinte et j'ai appris que c'était une fille je crois la veille de faire les rencontres. Ou deux jours avant ! Et je peux te dire que dans la tête, en tout cas en ce qui me concerne, c'est pas pareil de se dire ma femme est enceinte et je vais avoir une petite fille... C'est très différent ! Et pour les Rencontres, j'étais parfois un peu à l'ouest, parce que t'es un peu chamboulé... Tu viens d'apprendre que tu vas avoir une fille et tu bois tous les jours l'apéro avec Francis Cabrel. Du coup, j'avais une vie compliquée et là c’est encore plus le cas. J'avais écrit déjà des chansons sur mon fils, c'était déjà fait, et je pense que je chante mieux depuis qu'ils sont nés, je ne peux pas trop t'expliquer pourquoi. Et c'est vrai que je ne dors pas beaucoup en ce moment!


Arthedon et Francis Cabrel aux Rencontres d'Astaffort (C)

Un mot de conclusion peut-être ? On sort tous du confinement...Tu as bon espoir pour pour la suite ?


Oui, j'ai l'impression, tu sais, il y a des voyants au vert. Je ne dis évidemment pas que c'est gagné, mais nos chansons, je trouve qu'elles sont punchy, qu'elles marchent bien qu'on les retient facilement, qu'on les chante facilement et qu'elles pourraient passer sur les radios et que les gens les chanteraient sans problème, après, on verra si ça se fait ou pas. Mais, tu vois un mec comme Daguerre qui me dit oui à un duo, ça n'aurait pas été possible avant. Il a une carrière dont on est beaucoup à rêver, il a fait des festivals incroyables, il a un duo avec Cabrel, et en plus c'est un mec génial, je me vois encore lui envoyer timidement la chanson en lui disant j'aimerais bien que tu la chantes avec moi... Il a dit oui. C'est ça qui me fait dire qu'il peut se passer quelque chose de positif. Il y a des choses qui bougent.


Donc « Pour demain », demain est là !


Oui on a plein de chansons en réserve. On bosse. Là, pour te dire, j'en sors cinq. Mais j'en ai plein des chansons qui sont testées en live qui sont solides, donc je me dis qu'il y a quelque chose à tenter.


Ton nouveau set est prêt, tes concerts sont prêts


Oui, en tous cas en électro acoustique, cajon, basse, guitare, là oui, par contre, maintenant, ce qu'il faut qu'on fasse et on le fera dans une nouvelle résidence, comme tu as vu j'ai des cordes maintenant sur certaines chansons et donc j'aimerais bien pouvoir avec un SPDSX, le batteur il lance les samples, c'est banal maintenant, mais ça se prépare, il faut être précis... Il faut le roder. Et puis, on a la première partie d'Oldelaff le 3 Octobre au Forum de Vauréal (95), c'est génial!


Bravo pour tout ça. Ta part du roi, elle arrive au galop !


Déjà, il y a un truc important, c'est que je ne m'emmerde pas. Le monde il est dur pour beaucoup de gens, moi j'ai la chance de tenter des choses qui me plaisent et en plus, on se sent progresser. C'est beau. On sent du progrès. C'est vrai que je fais plein de conneries, plein d'erreurs..... Mais je tente !


De toutes façons, il faut faire et parfois se casser la gueule pour mieux se relever. D'ailleurs, tu ne t'es jamais cassé la gueule, n'est-ce pas ?


Non, jamais bien sûr! (rires)


Propos recueillis par #PG9



www.arthedone.com




Pour retrouver tous nos articles, rendez-vous ici

Partageons la Culture!

PS: toute reproduction, même partielle, interdite sans autorisation


www.cultureetc.fr

Cet article vous a plu? N'hésitez pas à le partager, ça fera plaisir à tout le monde!



© 2023 par Philippe Guihéneuf / Ambiance Design par Thibault Doucet .

Créé avec Wix.com