• Culture Etc

[Le Théâtre et vous] MARGOT TEPLITXKY - TPN44 (Promo 2021)

"Le Théâtre et vous" est un tour d'horizon de jeunes comédien-ne-s dans leur dernière année de formation, en partenariat avec le Théâtre école de la Rue de Belleville - Nantes. L'aventure continue cette année. Les portraits vont se succéder pour annoncer les présentations de projets de fin d'études à voir au théâtre dont vous trouverez le programme dans l'article ci dessous:

PRESENTATION DES PROJETS DE FIN DE FORMATION

Parole à MARGOT TEPLITXKY que l'on pourra voir dans "Comment retenir sa respiration" les 11 et 12 juin à 20h...


MARGOT TEPLITXKY. Photo: Margaux Doré (C)

Comment le théâtre est-il entré dans ta vie ? Quel est ton premier souvenir de spectatrice ?


J’ai fait du théâtre avant d’en voir. D’accord, petite, mes parents m’emmenaient voir des spectacles de marionnettes. Mais je me souviens d’abord des cours de théâtre dans ma maison de quartier, je devais avoir 9 ou 10 ans. On faisait toutes sortes d’exercices, des improvisations, des jeux, et puis surtout, on préparait un spectacle qu’on jouait deux fois à la fin de l’année. Ce qui m’a marqué, c’est surtout ces soirées-là. La petite scène noire qui me semblait bien plus vaste qu’elle ne l’est réellement. La boule au ventre, mais pas la même que quand j’ai peur, mais pas la même que quand je suis heureuse, plutôt un mélange des deux. Et le plaisir intense d’être là, sous les projecteurs, et le sentiment que ça passe à toute vitesse, que c’est trop court et que je veux que ça dure toujours.

MARGOT TEPLITXKY. Photo: Margaux Doré (C)

En Bretagne, avec mes grands-parents, j’allais voir des spectacles de marionnettes dans une ferme aménagée en salle de spectacle pour enfants. J’aimais beaucoup! C’était un peu magique. Ensuite il y a un trou, et je me revois au lycée, en option théâtre avec ma classe, nous allions au Grand T, au Lieu Unique et parfois au Théâtre Universitaire. C’est là que j’ai découvert à quel point j’aimais voir des spectacles de danse.


Quand as-tu pris conscience que tu voulais en faire ton métier ? Quel sentiment domine quand tu es sur scène ?


J’imagine qu’à un moment donné j’ai pris conscience que ce serait mon métier, mais je suis bien incapable de m’en souvenir… J’ai la chance d’avoir su très tôt, et avec certitude, que je deviendrai comédienne. Au collège, il me semble. Je ne me souviens pas avoir voulu faire autre chose de ma vie. Quand j’y pense, ça fait presque peur : si je lâchais le théâtre, ou que le théâtre m’abandonnait aujourd’hui, je ne saurais pas quoi faire de ma vie.


Quant à savoir quel sentiment domine quand je joue, je n’en ai aucune idée ! Je crois que ça dépend. De la pièce, du personnage, du soir, de mon énergie… Mais dans l’ensemble, je peux dire que je suis heureuse. Le jour où ce ne sera plus le cas, je saurai qu’il est temps de réfléchir à autre chose.


Dans quelle mesure le théâtre a-t-il contribué à ton épanouissement personnel et y contribue-t-il encore ?

Le théâtre en tant qu’art et discipline contribue grandement à mon bonheur puisqu’il est ma passion. C’est bien la seule discipline dans laquelle je suis certaine de valoir quelque chose. Et puis, c’est grâce à ma volonté de faire du théâtre que je suis arrivée au TPN il y a trois ans. Cette école et est la meilleure chose qui me soit arrivée jusqu’ici, et tout particulièrement ma promo, que je trouve sincèrement géniale. En trois ans, j’ai tellement grandi, appris sur moi et sur le théâtre, j’ai pris énormément confiance en moi... Régulièrement, je repense à celle que j’étais avant d’entrer au TPN. Je pense que je ne me reconnaîtrais pas.

Qu'est ce qui a été le plus important pour toi pendant les 3 années du TPN ? Ton regard sur le métier de comédien a-t-il changé (si oui comment) ?


Comme je l’ai dit, le TPN m’a aidée à beaucoup changer, pour le meilleur. Ce que j’en retiens surtout, c’est la bienveillance dont fait preuve toute l’équipe de l’école, et par ricochet tous les élèves. Grâce à ça, entre autres, mes trois années ici ont été incroyables.

Je ne crois pas que mon regard sur mon métier (futur) ait beaucoup changé. Peut-être est-il plus réaliste. J’imagine que je me rends mieux compte de la réalité du métier, de sa précarité. Mais je persiste à voir avant tout l’aspect artistique de la profession. C’est ça qui me fait rêver.

MARGOT TEPLITXKY. Photo: Mathilde Banderly (C)

Quels sont tes espoirs ? Quelles sont tes peurs ?


J’espère réussir à vivre du théâtre. J’espère entrer un jour à la Comédie Française. J’espère qu’il y aura de plus en plus de beaux rôles féminins. J’espère continuer d’apprendre, de découvrir et de grandir grâce au théâtre. J’espère que les théâtres resteront ouverts, pour de bon, et que le milieu artistique continuera de vivre et de faire rêver.


Les peurs, elles ont le pouvoir qu’on leur donne. Ne leur faisons pas ce plaisir.


Un mot de conclusion ?


Oui, mais un mot drôle alors : Clapotis.


Tes auteurs préférés : Alexis Michalik, Daniel Pennac, Fred Vargas

Tes comédiens préférés : Michel Vuillermoz, Camille Cottin, Guillaume Gallienne, Michel Fau, Florence Viala, Samuel L. Jackson…

Ton livre de chevet : Au revoir là-haut (et Couleurs de l’incendie et Miroir de nos peines) de Pierre Lemaître, et Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand


MARGOT TEPLITXKY

MARGOT TEPLITXKY. Photo: Patrice Godin (C)

"Le Théâtre et vous",

auto-portraits d'élèves comédiens

[A SUIVRE!]


NB: les auditions du TPN pour constituer la prochaine Promo commencent Mardi 30 juin 2021. Vous pouvez prendre contact avec la très sympathique équipe par téléphone (02 40 69 62 20), mail (theatrepopulairenantais@gmail.com) ou via le site: www.tpn44.fr




Pour retrouver tous nos articles, rendez-vous ici


Partageons la Culture!


PS: toute reproduction, même partielle, interdite sans autorisation




www.cultureetc.fr



113 vues0 commentaire

© 2023 par Philippe Guihéneuf / Ambiance Design par Thibault Doucet .

Créé avec Wix.com