• Culture Etc

[Pourquoi Slamez-vous?] Coupe de la Ligue Slam 2019: Abendsen, Toulouse

Slameuse/ Slameur: Abendsen

Equipe de: Toulouse


Abendsen par Emmanuel Vrel-Lavezzi (www.oelphoto.fr)


Pourquoi Slamez-vous?

Enquête auprès des slameurs sélectionnés pour la Coupe de la Ligue Slam de France 2019 www.ligueslamdefrance.fr



Bonjour Abendsen! Comment as-tu découvert le slam ?

Abendsen. Photo: Saranda Billaud (c)

Bonjour Philippe. En fait, je l'ai découvert en 2 temps. A l'époque où j'étais au lycée, l'album de Grand Corps Malade était sorti et du coup, le terme “slam” avait été évoqué sans que je sache trop vraiment ce que c'est, un peu comme tout le monde... J'étais tombé sur l'album, je ne sais plus comment, un pote me l'avait passé sans doute. J'ai réellement découvert dans un second temps parce que mon frère faisait du slam sur Bordeaux et je suis allé voir des scènes avec lui dans des bars. C'est ce qui m'a donné envie de monter sur scène à mon tour.


Ca t'a donné envie de monter sur scène et d'écrire, ou tu écrivais déjà et ça t'a donné envie de monter sur scène pour dire ce que tu écrivais ?


Depuis que j'ai appris à écrire, j'ai toujours adoré écrire des petites histoires, des nouvelles, de la poésie... et là, en voyant vraiment ce qu'était le slam en tant que performance scénique, ça m'a donné envie à mon tour d'interpréter ces textes pour qu'ils ne restent pas uniquement dans mes cahiers, cachés dans mon bureau.


Tu ne les avais jamais lus à personne ?


J'en avais fait lire quelques uns à des potes, mais pas plus de 10 personnes, ça restait assez restreint.


Ca a dû te faire bizarre, quand tu as dit ton premier texte, de voir comme les gens l'ont reçu, non ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?


En fait, les gens l’ont hyper bien reçu. J'avais fait un texte humoristique avec plein de jeux de mots, c'est assez bien passé et du coup ça m'a donné confiance... C'était un texte sur le rat roux, un animal qui n'existe pas. Une leçon historique sur cet animal avec plein de jeux de mots.


Abendsen. Photo: Gérard Adam (c)

Qu'aimes-tu écrire ? Quel type de sujet ? Quel style ?


Dans la plupart de mes textes, l'immense majorité, il y a une petite note humoristique. J'aime bien tout ce qui a trait à la folie dans le sens très large du terme, tout ce qui est peut-être perçu comme de la folie. J'ai notamment fait un texte sur un vieux fou dont je me suis inspiré, j'habitais à Bazas en Gironde à l'époque. Il y avait un SDF qui répétait tout le temps la même phrase. J'avais décidé de faire un texte sur lui. Du coup, j'ai interprété un fou pour parler de la folie des gens. C'est un peu comment la folie peut-être perçue et, malgré tout, derrière toute forme de folie, il y a un côté poétique.


Qu'est-ce qui t'inspire ? Comment écris-tu ?


Je m'inspire d'un peu de tout. J'ai toujours un petit carnet sur moi où je note toutes les idées. Parfois il y a des phrases qui me viennent en tête, c'est la sonorité qui me plaît ou le thème de la phrase ou l'ordre des mots... Des fois ce sont des situations qui m'inspirent... Tout peut m'inspirer en fait.


Ce que tu vois ? Ce que tu entends ? Ce que tu ressens ? Ce que tu sens ?


Oui. Tout ce que je ressens en général.


Mais y-a-t'il un sens a priori qui est plus en éveil que les autres ?


Je dirais la vision. Surtout dans mes derniers textes, il y a beaucoup d'images. En ce moment, je m'inspire pas mal de mes rêves. Au réveil, je note sur mon carnet tous mes rêves... C'est un bon exercice.


Est-ce que tu écris d'autres manières que par les mots ?


Non. Ou oui... Des fois, c'est une mise en scène qui me vient à l'esprit et je mets des mots dessus ou pas d'ailleurs. Ça peut-être l'expression d'un visage, une mise en scène qui me donne l'impulsion du texte que je vais écrire.


Je pensais en fait à la photo. Est-ce que tu écrirais par de la photo ? Le verbe écrire étant utilisé dans son sens symbolique évidemment, raconter des histoires quoi.

Abendsen. Photo: Sébastien Jounel (c)

J'ai déjà fait un truc comme ça pour une artiste qui faisait de la photo justement. Elle avait demandé à plusieurs personnes d'illustrer de la photo avec un petit texte. C'est un bon exercice aussi.


Vu que tu parles de vision... Ta manière de parler de la sensibilité de me fait penser à ça. Tu peins ? Tu dessines ?


Non. Pas du tout. Après, je mate beaucoup de films, j'ai la chance d'avoir un frère qui bosse dans le cinéma et il est de très bon conseil, on a plutôt les mêmes goûts cinématographiques. Donc c'est peut-être ça aussi le côté visuel du truc.


Dernière question. Que dirais-tu à quelqu'un qui ne connaît pas encore le slam et qui a envie de le découvrir ?


Viens, c'est super, tout le monde est sympa, y'a toujours de la bière, donc même si tu passes pas sur scène, tu passeras un bon moment !


Là tu parles des scènes slam en général. Mais sur le slam lui-même en tant que art ou que mode d'expression, comment en parlerais-tu dans ce qu tu en ressens...


Disons que c'est ce qui fait sa force au slam, je trouve, c'est sa diversité. Il y a quasiment autant de styles que de slameurs. Donc, dans tous les cas, tu trouveras quelque chose que t'aime et qui t'inspire. Moi, c'est en écoutant du slam qui m'a motivé pour monter sur scène. Donc c'est bénéfique pour l'expression de soi, je pense... Au pire c'est thérapeutique !


Un grand merci à la Ligue Slam de France, à toute l’équipe de Toulouse, notamment bien sûr à Abendsen pour sa disponibilité... Propos recueillis par #PG9


Abendsen. Photo: Sébastien Jounel (c)


Tous les portraits sont regroupés ici:

Pourquoi slamez-vous?



© 2023 par Philippe Guihéneuf / Ambiance Design par Thibault Doucet .

Créé avec Wix.com