• Culture Etc

[Rencontre] Jordane Tumarinson. Piano’stéopathe

Y-a-t’il un meilleur sens que l’ouïe pour écouter le monde? Le toucher? Le regard? Comment transmettre ce qu’on perçoit? La réponse, Jordane Tumarinson la trouve dans la musique et dans son piano (mais pas seulement). Son hyper sensibilité le pousse à composer dans un lâcher prise nécessaire. Et c’est ainsi que les mélodies soulagent, libèrent et nourrissent dans un cercle vertueux qui peut avoir tendance à s’emballer parfois! Ecoutons le compositeur... il parle très bien de son approche de la musique, que vous allez pouvoir découvrir et savourer grâce au lien ci-après. Bon voyage!



Jordane Turaminson: “L’envol” (Blue Spiral Records)


Bonjour Jordane. Pourquoi composez-vous?


Bonjour Philippe. La musique me relie aux autres, elle me permet de les toucher. C’est une forme de spiritualité... Mes compositions peuvent accompagner des images parce que les sensations sont décuplées quand une image et un son sont associés, même si la musique seule peut être aussi très forte. La destination est donc soit le mariage de l’image et du son, soit l’écoute par la radio ou le CD. Tout m'intéresse. Et j'ai plein de projets. Je suis en contact avec une peintre qui cherchait des musiques libres de droit, on va travailler ensemble dans les jours qui viennent. D’autres idées me trottent en tête, notamment la réalisation d'un clip sur Nantes. La musique est composée, il ne me reste plus qu’à collecter les images puis à monter.


Aura-t-on l’occasion de vous voir sur scène bientôt?


Je suis plus créateur que performeur. Je n'ai jamais joué sur scène, je n'ai ni l'expérience, ni la technique.


Comment composez-vous?


Ca part d'improvisation: quand j'ai une idée, je l'enregistre avec mon dictaphone. J'ai beaucoup développé ma mémoire aussi. J'ai commencé le piano tardivement, à 19 ans, sur un piano acoustique. Je suis passé après sur un piano numérique et là il y avait des morceaux préenregistrés dedans, comme Chopin et d’autres classiques. Je ralentissais le tempo pour pouvoir les refaire à l'oreille. C'est comme ça que j'ai appris, sans connaître le solfège.


Quel a été le déclic ?

On peut se révéler à tout âge ! A l'époque, j'étais en fac d'économie et je pense que pour trouver sa voie il faut parfois se perdre. C'est ce qui s'est passé pour moi. Il y avait un piano chez mes parents, j'y suis allé naturellement. Je commençais à refaire des sons et c'est devenu une passion dévorante. Après, j'ai un peu lâché à cause de mes études en ostéopathie, puis en médecine chinoise, qui m'ont pris beaucoup de temps, beaucoup d'énergie. Je composais à l'époque des bribes, sans faire de morceau réellement. C’est il y a un an et demi que je me suis dit: “allez, je suis vraiment fait pour ça, c'est ce qu'il me faut”. Je m'y suis mis et depuis je n'arrête pas de composer


L'ostéopathie a été une voie vers le piano?


Il faut le croire ! En tous cas, je suis plus proche de l'ostéopathie que de la fac d'économie et encore plus proche de la musique que de l'ostéopathie.


Le lien, ce sont les doigts, le contact avec les doigts ?


Le lien, c'est l'écoute, je dirais, plutôt que les doigts. L'écoute de la musique et celle du patient. Ca n’est pas forcément verbal, écouter les sensations, écouter le corps. Ca ne passe pas forcément avec les oreilles. Etre attentif.


Votre 1er album date de quand?

J'ai commencé à composer il y a un an et demi. “Présence” est sorti en juin 2018. Et puis, dans la foulée, j'en ai fait un 2ème, “L’envol”, qui est sorti mi février, le 15 février 2019. Et je travaille sur mon 3ème album.


L'ostéopathie vous nourrit pour vos compositions ? Une forme de sensibilité aux autres ?


Peut-être que ça peut m'inspirer. Je ne sais pas trop. La nature m'inspire beaucoup en fait. Je pense que je vibre plus avec elle.


Vos vibrations se nourrissent de quoi ? Pour composer, il faut imaginer...


Je suis quelqu’un de très intuitif. Quand je compose, j'oublie tout et, vu que je ne connais pas la théorie, ça ne vient vraiment que du cœur. Je ne me pose pas de question technique, structurer mon morceau de telle ou telle façon. Tout est à l'inspiration. Et ça je ne sais pas d'où ça vient. La nature m'inspire, tout m'inspire. Quand je compose, effectivement, des images me viennent. Des belles images d'animaux ou de nature... mais je ne les réfléchis pas.


C'est le sens de ma question: l'ostéopathie ne vous nourrit-elle pas sensoriellement pour faire naître en vous de la musique?


L'ostéopathie demande beaucoup d’énergie, il faut être en phase avec le patient. Peut-être que ça crée un équilibre en contrepoids avec la musique.


Jordane Tumarinson “Capricorne”


Vous me disiez que vous préférez investir votre énergie dans la composition, plutôt que dans des concerts...


Tout à fait. C'est comme si j'avais quelque chose en moi qui me poussait vraiment à créer et à composer. Monter un récital, c’est autre chose. Je n'ai pas la patience pour ça. Pour l’instant, je préfère composer.


Mais c'est peut-être une question d'expérimentation du plaisir de jouer en public, de partager ses oeuvres en public?

Peut-être mais je ne me sens pas encore de le faire.


Quels sont vos modèles en compositeurs, contemporains ou pas, en piano ?


J'aime bien Philip Glass. Quand j'ai commencé le piano, j'écoutais Yann Tiersen. Je n'ai pas trop suivi ce qu'il faisait récemment. Finalement, je n'écoute pas trop de piano chez moi en fait. J'écoute d'autres musiques.


Qu'écoutez-vous ?


Beaucoup de musiques planantes, un peu de jazz, Sigur Ros, les Supertramp, des groupes comme ça aussi, des vieux groupes de rock. De l'électro aussi.Un peu de tout.


Evidemment, un des noms qui me vient en tête à part Paul Faure dont on vient de parler, c'est Keith Jarret.


Oui. Alors c'est plus expérimental pour le coup. C'est particulier, mais j'aime bien aussi. J'ai beaucoup écouté les classiques, Chopin, Beethoven , Fauré, Debussy, Rachmaninov...


Et donc là, vous n'arrêtez pas de composer ! Le rythme auquel vous produisez des albums est conséquent.


Oui, pour l'instant j'ai l'inspiration, donc j'écris tant que je l'ai...


[A suivre!]


Propos recueillis par #PG9






Pour échanger avec Culture Etc et retrouver tous nos articles, rendez-vous ici

Partageons la Culture!

PS: toute reproduction, même partielle, interdite sans autorisation

contact@cultureetc.fr

Cet article vous a plu? N'hésitez pas à le partager, ça fera plaisir à tout le monde!



© 2023 par Philippe Guihéneuf / Ambiance Design par Thibault Doucet .

Créé avec Wix.com